Tuesday, May 30, 2006

DADA-BERLIN : Hannah HÖCH



Peintre allemand, Hannah Höch (1889-1978) avait commencé à étudier la peinture classique à Gotha, sous la direction d’Orlik. En 1912, elle poursuit ses études à Berlin, puis à Charlottenburg, où elle fréquente l’école des Beaux-Arts. La Première Guerre mondiale interrompt sa formation intellectuelle et picturale. C’est en 1919 que, brusquement, le peintre abandonna toute recherche artistique pour s’adonner à l’aventure dada. Un ensemble d’aquarelles est exposé à la manifestation dadaïste qui eut lieu dans le cabinet J. B. Neumann. Amie de Raoul Hausmann (fondateur avec Huelsenbeck et les frères Herzfelde de la tendance dadaïste berlinoise), Hannah Höch participa aux activités du groupe en collaborant à la revue Der Dada ainsi qu’à la publication Schall und Rauch . En 1920, lorsque le dadaïsme de Berlin était en plein essor, le peintre présenta à la grande " foire Dada de Berlin " une série de reliefs et de poupées, mais son univers tout particulier s’exprima surtout dans les collages. Elle voyagea avec Kurt Schwitters dans l’Europe entière pour diffuser les idées du mouvement. Hannah Höch fera partie aussi du Novembergruppe, jusqu’en 1931, année où les activités de ce mouvement s’interrompirent.

Au sein du dadaïsme allemand, l’œuvre de Hannah Höch occupe une place particulière. Ses collages appartiennent en effet à deux catégories distinctes. Une première (la moins importante), de tendance politique, voisine avec les expériences de Helmut Herzfelde (appelé aussi John Heartfield) et de Raoul Hausmann. La seconde est à la fois plus documentaire et plus onirique. Le peintre exécute de grands collages avec des photos d’autres dadaïstes, où se trouvent ainsi réunis tous les membres du groupe berlinois (musée de Berlin-Dahlem).

L’œuvre, un collage, intitulée Coupe faite avec un couteau de cuisine (1919, Staatliche Museen preussicher Kulturbesitz, Nationalgalerie, Berlin) est particulièrement significative de la démarche de l’artiste. Il s’agit d’une vaste surface (114 cm X 90 cm) où se trouvent disposés divers éléments photographiques issus de l’environnement urbain (gratte-ciel, maisons, foules), de la technologie (rouages, machines, outils), ainsi que des portraits d’hommes politiques et d’artistes. La mise en page de l’œuvre est très soignée, et les différentes parties, tout en s’échelonnant librement, se trouvent reliées par des relais plastiques et structuraux. D’autres travaux semblent plus orientés vers l’exploration onirique. Dans Danse (1919, photomontage), dans La Mère (Mutter, 1930, collage, collection Höch, Berlin) ou dans Les Poissons lunaires (1956, collage, Berlinische Galerie, Berlin), les figures grotesques donnent une impression de dépaysement, et la juxtaposition d’éléments disparates rappelle certaines œuvres contemporaines de Max Ernst. Hannah Höch exécuta des collages plus " intimistes ", où elle semble bâtir une patiente autobiographie. Meine Haussprüche (1922, collage, galerie Nieredorf, Berlin) et Schneiderblume (1920, collage, coll. part.) font partie de ces travaux extrêmement rigoureux et raffinés.

L’œuvre de Hannah Höch, qui est à mi-chemin entre le dépaysement surréaliste et la violence destructive de Dada, est une des plus " constructives " du mouvement allemand. Elle témoigne de l’extraordinaire variété de solutions plastiques que le mouvement dada a inspirées.


Hannah HÖCH, DADA Panorama, photomontage, 1919

http://david.sanmarty.free.fr/portraithoch.html



http://www.dallasgoethecenter.org/hannah.htm


Hannah Höch on Dada Photo Montages

Actually, we borrowed the idea from a trick of the official photographer of the Prussian army regiments. They used to have elaborate oleolithographed mounts, representing a group of uniformed men with a barracks or a landscape in the background, but with the faces cut out; in these mounts, the photographers then inserted photographic portraits of the faces of their customers, generally coloring them later by hand. But the aesthetic purpose, if any, of this very primitive kind of photo montage was to idealize reality, whereas the Dada photo monteur set out to give to something entirely unreal all the appearances of something real that had actually been photographed....

Our whole purpose was to integrate objects from the world of machines and industry in the world of art. Our typographical collages or montages set out to achieve this by imposing, on something which could only be produced by hand, the appearances of something that had been entirely composed by a machine; in an imaginative composition, we used to bring together elements borrowed form books, newspapers, posters, or leaflets, in an arrangement that no machine could yet compose.